Partagez | 
 

 Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae

MessageSujet: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   Sam 16 Déc - 1:25

I KNEW YOU WOULD CHANGE MY LIFE. I JUST DIDN'T KNOW EXACTLY WHEN.
C’était enfin mon jour de repos, mon seul et unique dans toute la semaine.  Habituellement, je ne le prenais même pas et je restais à travailler à la supérette, mais ce jour-là c’était différent, on était mercredi, et cela signifiait que la décharge venait à nouveau d’être remplie et que donc de nouveaux livres ou objets venaient sans doute d’y être déposés.

A vrai dire, cela faisait plusieurs semaines que je n’y avais pas foutu les pieds, sans doute par manque de temps. Entre mon travail, les missions et la vie de famille, c’était vraiment dur de trouver du temps pour moi. Mais je n’avais plus rien à lire, alors il fallait bien que j’y aille, et au plus vite, car la plupart des habitants de ce quartier se servaient des livres pour en faire du feu, ce que je pouvais tout à fait comprendre, les fins d’années sont rudes dans le Ground 0.

J’avais pu profiter du lit seule depuis le départ de mes parents, ils étaient invités chez un voisin qui célébrait son anniversaire, mais il était pour moi temps de partir à mon tour, et de toute façon je n’avais pas envie d’être là à leur retour. Après beaucoup de difficulté, je me levai enfin. Tout en avalant un bout de pain pour éviter de partir le ventre vide, je me vêtis de mon body, d’un short, de chaussettes noires et je finis par enfiler des bottes et une veste en cuir déjà bien usées.

Je pris un sac pour pouvoir y mettre les livres et partis. La décharge était à deux étages plus bas, je m’étais environs une vingtaine de minutes pour m’y rendre. Je n’aimais pas spécialement y aller à cause des endroits louches par lesquels je devais passer, mais la décharge n’était pas plus sûre non plus, beaucoup de crimes y étaient recensés, et de nombreuses organisations criminelles s’y rendaient également. Après tout, Ground 0 en entier n’était pas une zone de paix et d’amour.

Rendue au cinquième étage, je commençai ma route vers la décharge. Cet étage était clairement un des pires, je marchais la tête haute, mais j’avais réellement peur qu’il m’arrive quelque chose, et ce n’est pas la suite des événements qui allait me rassurer.

En effet, alors que je m’avançai de plus en plus dans les rues sombres de l’étage, je sentis une présence étrange autour de moi, quelque chose qui m’observait. Je ne vais pas vous mentir, je n’étais pas sereine. Je continuai d’avancer comme si de rien était, mais cette entité s’approchait de plus en plus de ma personne.

Je gardai mon calme… mais j’avais oublié un détail… et si c’était lui… ? Encore… à chaque fois que je m’étais sentie suivi, ça avait toujours été ce… cet homme… Ce n’était pas parce que je me trouvais à l’étage cinq que ça pouvait être quelqu’un d’autre après tout. Ce psyc… ce traqueur plutôt était rentré de façon brutale et encombrante dans ma vie. Je n’osais jamais réellement l’envoyer balader, après tout, il ne m’avait jamais fait de mal, du moins pas encore… Puis, il m’avait sauvé la vie, je devrais peut-être me montrer plus ouverte à lui, peut-être qu’il finirait par cesser ses actes étranges envers ma personne ?

Arrivée à la décharge, il me suivait toujours dans mon ombre. Je me trouvais au milieu de tous ces amas de déchets, il m’était impossible de le trouver et de mettre mes yeux sur sa personne.

« Je n’aime pas trop quand tu te caches comme ça, tu sais, ça me fait peur… Et tu ne veux pas me faire peur n’est-ce pas ? Alors sors de là où tu es s’il te plait… » lâchai-je apeurée.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   Dim 17 Déc - 1:43

I JUST THINK THAT I AM A BETTER GHOST THAN I AM A HUMAN BEING.
J'avais besoin de la voir.

Comme tous les jours, comme à chaque instant, je ressentais le besoin irrépressible de la voir, de l'entendre, de... savoir qu'elle existait, tout simplement. Il était tôt pour la plupart des gens, même si j'étais déjà réveillé depuis plusieurs heures. Du coup, même si j'avais envie de la voir, je savais que ça ne servait à rien de me ruer à son étage. Elle n'était pas encore levée à cette heure-ci.

Moi ? J'étais debout depuis au moins trois heures parce que la voix dans ma tête m'avait réveillé. Comme trop souvent, j'avais été incapable de comprendre précisément ce que Naïa cherchait à me dire, mais je saisissais au moins qu'elle ne voulait plus que je dorme. Et si notre Mère demandait, j'obéissais, c'était aussi simple que ça. Avant même que les panneaux extérieurs ne commencent à afficher le soleil, je m'étais donc retrouvé dans les rues, à errer sans trop savoir ce que je cherchais avec un pantalon gris, mes vieilles baskets aux pieds et mon pull noir à capuche sur le dos.

J'avais croisé une vieille dame avec un collier de perles, je l'avais observée pendant de longues secondes, mais j'avais fini par réaliser que notre Mère ne voulait pas que je fasse quoi que ce soit la concernant. Pourtant, d'habitude, elle me demandait presque exclusivement la même chose... Toutefois, à ce moment-là, elle attendait autre chose de ma part. J'aurais préféré que ces messages soient plus précis, parce que lorsqu'elle ne me demandait pas de tuer pour elle, j'avais parfois du mal à décoder ses signaux.

Après plusieurs heures à me promener sans but en essayant de découvrir ce que notre Mère cherchait, mon propre désir avait fini par prendre le dessus. Je voulais voir Sun Hee... enfin Hei Ran. J'avais besoin de la voir de mes propres yeux... Encore. Le souhait de notre Mère était peut-être lié à elle... Du moins c'était ce que je préférais me dire pour poursuivre mon objectif personnel.

Je pris un ascenseur direction le 7ème étage... et je manquai de tourner de l’œil lorsque les portes s'ouvrirent. Passer du 152ème au 7ème en quelques minutes avait de quoi faire mal à la tête, et pas uniquement à cause du déplacement et de la pression... Au 7ème, l'air était quasiment irrespirable. Ça sentait la mort, tout était terne et dégueulasse, et on avait l'impression qu'ils ne renouvelaient jamais l'oxygène. On était au Ground Zero en même temps, il ne fallait pas s'attendre à mieux. Seuls les clochards et les sans ambition traînaient ici. Les clochards, les sans ambition, et elle. Mais je ferais d'elle quelqu'un de la Haute bien assez vite, elle n'avait pas sa place dans cet étage où le crime était monnaie courante.

Il me fallut quelques minutes à peine pour rejoindre le vieil abri qui lui servait de maison. Quelques gars louches à éviter, et j'y étais. Je connaissais parfaitement l'endroit parce que j'avais l'habitude d'y passer désormais. Comme à mon habitude, je pris position dans un angle duquel je pouvais parfaitement voir sa porte d'entrée sans me mettre à découvert. Elle était encore à l'intérieur, je le savais. A partir de là, patience.

...

Ma patience fut rapidement récompensée, puisque moins d'une heure plus tard, elle sortait de chez elle. Elle était toujours aussi parfaite malgré l'environnement moisi dans lequel elle vivait. Son regard déterminé, ses longs cheveux blonds, ce corps parfait, et ses longues jambes... Elle ressemblait tellement à Sun Hee... même si je n'avais jamais eu envie de sauter Sun Hee dans un taudis, alors que l'idée s'imposait à moi dès que je voyais Hei Ran.

Elle se mit à marcher d'un pas décidé dans les rues, se dirigeant vers la décharge. Elle s'y rendait souvent. Sur tout le trajet, je me contentai de la suivre à bonne distance, choisissant toujours les lieux et les recoins pour me cacher afin de pouvoir l'observer tranquillement. Elle n'avait pas l'air sereine. Je pense qu'elle se sentait observée. J'aurais pu aller à sa rencontre et la saluer, mais... non, ça me faisait bien trop peur. J'étais bien ici, en sécurité. Je pouvais la regarder, suivre ses moindres faits et gestes, et ça me suffisait. Je l'observais, et c'était beaucoup plus facile pour moi que de lui parler.

Hei Ran arriva finalement à la décharge sans encombre, pour mon plus grand plaisir. Je n'aimais pas les bagarres, et même si je serais fatalement intervenu pour la défendre, je ne voulais pas avoir à me battre. Elle venait toujours traîner dans ce coin comme si c'était un parc fabuleux, alors que tout était moche et à moitié détruit. Clairement, c'était le lieu qui me dégoûtait le plus de toute la tour, et pourtant, j'en avais vu des endroits louches.

Je réussis à me cacher dans un coin, et mon regard s'attarda sur ses hanches et le long de ses jambes alors qu'elle pénétrait dans cet immonde dépotoir. Son corps était tellement pur, tellement parfait. Naïa hurlait dans ma tête, mais je ne comprenais toujours pas ce qu'elle me disait. Je ne voyais que le corps de Hei Ran, et les cris de notre Mère ne parvenaient pas à me raisonner.

« Je n’aime pas trop quand tu te caches comme ça, tu sais, ça me fait peur… Et tu ne veux pas me faire peur n’est-ce pas ? Alors sors de là où tu es s’il te plaît… » Lâcha Hei Ran, faisant instantanément disparaître la voix dans ma tête.

Plus rien.
En une seconde, elle fit disparaître toutes les plaintes de notre Mère, et je me retrouvai là, caché dans mon coin, avec un étrange sentiment de culpabilité. Je baissai le regard quelques instants, avant de sortir de ma cachette pour aller la rejoindre, l'air emprunté.

« - Je ne me cachais pas, je te suivais, c'est tout. » Mentis-je sans oser la regarder dans les yeux.

Je n'étais pas sûr d'être capable de soutenir son regard. Je savais à quel point ses prunelles avaient le pouvoir de me transpercer... de la même manière que celles de Sun Hee me transperçaient il y a bien longtemps. Je... J'avais du mal à attaquer de front. Alors, comme un animal apeuré, je restais sur la défensive.

« - Il faut bien que quelqu'un veille sur toi, c'est dangereux ici. » Ajoutai-je en relevant les yeux vers elle, sans pour autant chercher son regard. « Et qu'est-ce que tu viens foutre dans cet endroit craignos déjà ? » Finis-je par lui demander en fronçant les sourcils.

Non, ce n'était pas un reproche. J'aurais juste aimé savoir ce qu'un être comme elle venait faire dans un endroit aussi mal famé. A part ramasser du vomi par terre, il n'y avait pas grand-chose à faire ici.


Pourquoi est-ce qu'elle m'avait forcé à sortir de mon trou ? J'étais bien dans mon anonymat, tel un fantôme. Beaucoup mieux qu'ici, aux yeux et à la vue de tous, sans aucun masque derrière lequel me cacher... La vérité, c'était que j'avais besoin de la voir, mais que j'aurais préféré qu'elle ne me voie jamais. Cette relation à sens unique me convenait très bien... Parce que je voyais toujours tellement de choses dans ses yeux... et je n'avais pas envie de voir à quoi ressemblait mon propre reflet dans ses prunelles à elle.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   Jeu 21 Déc - 1:47

I KNEW YOU WOULD CHANGE MY LIFE. I JUST DIDN'T KNOW EXACTLY WHEN.
Quand il sorti de sa cachette, un léger sourire se dessina sur mes lèvres, je n’étais pas heureuse de le voir, bien que ça puisse paraître méchant, mais soulager que ce soit lui plutôt qu’un autre. Il était vrai qu’il était plutôt étrange… D’ailleurs, je ne comprenais toujours pas pourquoi il s’obstinait à venir me voir, étais-je si intéressante que ça ?

« - Je ne me cachais pas, je te suivais, c'est tout. » disait-il d’un air trompeur.

Je soufflai, il ne se rendait même pas contre que stalker quelqu’un était quelque chose de louche… Je ne parvenais pas à savoir pourquoi il ne venait jamais me voir de lui-même, pourquoi il se tenait à l’écart de ma personne comme ça. S’il était là, au milieu de cette décharge, c’était bien pour me rencontrer, alors pourquoi essayer d’éviter mon regard ?

« - Il faut bien que quelqu'un veille sur toi, c'est dangereux ici. » Déclara le jeune homme.

Me surveiller ? Un petit éclat de rire sorti de ma bouche.  Non mais je rêve, le pire c’est qu’il savait très bien que je n’étais pas quelqu’un qui se laissait faire, et que clairement, je n’avais pas besoin de lui pour me défendre. Ground Zero était peut-être un endroit dangereux, mais c’était mon environnement, j’y avais toujours vécu et je savais parfaitement comment me débrouiller afin de survivre dans cette « jungle ».  

Chin Hae, malgré qu’il soit maladroit avec l’être Humain. Etrangement, je sentais qu’il m’appréciait vraiment, voir même plus… ? Malheureusement, il était encore difficile pour moi de décrypter sa personne, ses sentiments, ou même ses pensées. Il était quelqu’un de mystérieux et de très réservé malgré son air arrogant. Ça m’énervait presque ? Bien souvent, je lui répondais à ses questions, mais de son côté je pouvais crever la bouche ouverte pour savoir une chose sur sa personne. Puis, quitte à avoir un stalker, quitte à ce qu’on soit ami, après tout, je n’ai jamais réellement eu d’amis dans ma vie.

« Et qu'est-ce que tu viens foutre dans cet endroit craignos déjà ? » demanda-t-il.

C’est bien un mec qui venait de Golden Cloud ça… Pour lui c’était tellement facile, là où il vivait il avait sans doute tous les magasins à sa portée, et une fortune suffisante pour s’offrir ce qu’il voulait… Il aurait vécu dans ce taudis, il aurait vite compris que la seule chose intéressante à faire ici, c’était la décharge…

« Je n’ai plus rien à lire, alors il faut que je trouve de nouveau livre. » Déclarai-je.

Je commençai à m’enfoncer dans les grandes allées de la décharge, malgré que ce soit un coin qui craint, ils prenaient la peine de trier, c’était alors très facile pour moi de trouver où les livres étaient entreposés. Après plusieurs minutes de marche, je finissais enfin par arriver à cette fameuse pile de papeterie en tout genre, cette pile c’était un bon bordel. Rare étaient les livres encore en parfait état...

Je me mis sur les genoux et j’entamai ma longue recherche, la plupart des livres étaient religieux. Il était inhabituel de trouver des livres scientifiques… et pourtant c’était ce que je préférais. Mais là comme d’habitude, ils avaient bien pris le temps de trier…

« Pourquoi il n’y que des livres sur cette foutue Déesse ??? Le pire… C’est qu’ils pensent sincèrement qu’en acceptant uniquement les livres sur la gloire de ces égoïstes de Naïens, on va tous être assez con pour se plier à leur religion ? Quels enfoirés… » M’énervai-je. Je fis volteface à Chin Hae et continuai, « S’ils pensent sincèrement qu’un jour je me plierais à leur délire morbide, ils peuvent rêver. Ils pourront bien me faire vivre les pires tortures, jamais je ne deviendrais l’esclave de cet oracle et de ses conseillers. »

Cela faisait toujours du bien de crier sa haine, ça me permettait de me remettre les idées en place et de vérifier que j’étais toujours la même.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   Ven 22 Déc - 1:11

I JUST THINK THAT I AM A BETTER GHOST THAN I AM A HUMAN BEING.
Comment pouvait-on se satisfaire d'une vie ici ?

J'avais du mal à comprendre ces pauvres qui se complaisaient dans leur existence de pauvre sans chercher à s'en sortir. Ce n'était pourtant pas si dur de gagner un peu d'argent et de s'élever dans la société... Enfin, je n'avais jamais vraiment essayé de travailler pour gagner de l'argent, mais ça ne semblait pas si difficile que ça. Il fallait vraiment être fainéant pour rester là. Je ne la jugeais pas elle personnellement, mais il fallait bien l'avouer, elle méritait mieux. Dommage qu'elle ne se donne pas les moyens de réussir.

« Je n'ai plus rien à lire, alors il faut que je trouve de nouveaux livres. » Lâcha-t-elle avant de se faufiler dans les allées sales de la décharge.

Elle aimait lire. Elle adorait ça même. Je l'avais déjà observée pendant des heures alors qu'elle lisait. Elle était toujours totalement absorbée par sa lecture, et elle ne remarquait jamais que j'étais en train de la regarder. Grâce à tous ces livres puants qu'elle ramassait ici, je pouvais m'adonner à mon passe-temps favori en l'admirant des heures durant.

Cette idiote aurait aussi pu me demander de lui offrir de beaux livres au lieu de ramasser des détritus dont les gens s'étaient servis pour s'essuyer les fesses dans les étages supérieurs, mais comme je le disais, je suppose que d'une certaine manière, elle aimait la crasse dans laquelle elle vivait.

Sans bruit, je me contentai de la suivre dans les allées, en prenant bien soin de ne rien toucher. J'étais là uniquement pour elle, et certainement pas pour me salir les mains avec tout ce qui traînait dans ce coin immonde. Si ça n'avait pas été pour elle, je n'aurais même jamais mis les pieds ici. Seule notre Mère aurait pu me faire pénétrer dans cet endroit contre mon gré... notre Mère et Hei Ran visiblement.

Au bout de quelques minutes, elle s'agenouilla pour commencer à fouiller dans un tas de bouquins froissés et déchirés... A quoi bon ? Tout ça était foutu, et est-ce qu'en sauver un valait la peine de farfouiller dans une tonne d'ordures comme ça ? J'avais des doutes.

Pendant qu'elle fouillait dans la pile de livres, je préférais m'intéresser à son cul, nettement plus intéressant que sa stupide recherche. Elle était tellement parfaite... tellement... tentante. Je me perdais toujours dans l'admiration de son corps, et je ne pouvais m'empêcher de rêver du jour où je pourrais enfin goûter à sa chair. Que Naïa me pardonne, mais après tout, notre Mère n'avait jamais écrit nulle part qu'il était interdit de fantasmer de prendre sauvagement les petites blondes dans les ruelles sombres.

« Pourquoi il n’y a que des livres sur cette foutue Déesse ??? Le pire… C’est qu’ils pensent sincèrement qu’en acceptant uniquement les livres sur la gloire de ces égoïstes de Naïens, on va tous être assez cons pour se plier à leur religion ? Quels enfoirés… S’ils pensent sincèrement qu’un jour je me plierai à leur délire morbide, ils peuvent rêver. Ils pourront bien me faire vivre les pires tortures, jamais je ne deviendrai l’esclave de cet oracle et de ses conseillers. »



Okay petite, premièrement, tu allais te calmer. Deuxièmement, tu allais cesser ce comportement et respecter notre Mère.

Elle me fixait avec toute sa fougue habituelle, et j'avais juste envie de frapper cette petite effrontée pour lui faire passer l'envie de cracher sur Naïa de la sorte. C'était déjà extrêmement stupide de ne pas croire en quelque-chose de si évident, mais manquer de respect à notre Mère de la sorte ? J'avais vraiment du mal à me retenir de lui dire ma façon de penser... Sauf que je connaissais ces discussions, et qu'elles ne menaient jamais à rien. Têtue comme elle était, je n'arriverais à rien avec elle non plus. Mais un jour, ils verraient, ils finiraient forcément par ouvrir les yeux.

Le plus rageant ici était surtout le nombre d'ouvrages religieux que je voyais devant moi. Des centaines de livres à la gloire de Naïa, éventrés et jetés comme de simples déchets dont on se débarrasse... Ce peuple n'avait-il donc pas la moindre reconnaissance pour celle qui avait sacrifié sa vie pour permettre à notre race de survivre ? Ils me dégoûtaient, tous autant qu'ils étaient.

« - Arrête un peu tes délires de conspiration... Je ne suis pas sûr que tu saches même de quoi tu parles, les Naïens ne doivent pas courir les rues dans ton vieux taudis... » Lâchai-je en plissant légèrement les yeux.

Je m'approchai finalement d'elle, me mettant moi-même à fouiller dans la masse de livres, simplement dans l'espoir de sauver quelques ouvrages sur notre Mère méritant un meilleur sort.

« - Quel gâchis... Je suppose que certains sont trop limités pour comprendre ce qui est écrit dans ces livres, donc ça ne m'étonne pas qu'ils s'en débarrassent. » Soufflai-je avec un soupir.

Un livre à la main, je tournai mon visage en direction de Hei Ran, prenant le temps de la regarder quelques instants avant de m'exprimer.

« - Tu devrais en lire quelques-uns toi-même au lieu de gueuler, et te faire une véritable opinion personnelle sur Naïa. » Lui proposai-je tout en lui tendant un ouvrage.

Sun Hee n'était pas croyante elle non plus, mais difficile de ne pas croire quand sa réincarnation se dressait devant moi. Hei Ran était bornée, donc elle n'accepterait sans doute pas mon offre, mais ça valait la peine d'essayer... Je voulais lui donner une chance d'accepter notre Mère dans son cœur comme je l'avais moi-même fait.

Malheureusement, la foi se faisait de plus en plus rare, et les hérétiques étaient légion. Mais lorsque ma croisade prendrait fin, je jure qu'il ne resterait plus que les purs, et que tous s'agenouilleraient devant notre Déesse.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   Sam 23 Déc - 3:12

I KNEW YOU WOULD CHANGE MY LIFE. I JUST DIDN'T KNOW EXACTLY WHEN.
Ici, au Ground Zero tout était contrôler par les Naïens, j’en étais sûre que même ces livres n’étaient pas entreposés là par hasard, ils savaient notamment très bien que c’était ici que les habitants venaient s’approvisionner en livre, que ce soit pour lire ou autre. La parole de ces fanatiques avait beaucoup plus d’impact chez les miséreux… ils étaient seuls, misérables, après tout… et ces tyrans leur racontaient des conneries en leur promettant que cette fameuse Déesse leur offrirait la paix et la richesse, mais à côté, ces connards en profitaient pour piller leurs peu de biens afin s’enrichir. Qu’est-ce que je pouvais les détester…

« - Arrête un peu tes délires de conspiration... Je ne suis pas sûr que tu saches même de quoi tu parles, les Naïens ne doivent pas courir les rues dans ton vieux taudis... »  

Qu’est-ce que je pouvais attendre d’un riche… Ils n’avaient jamais connu la misère et ils venaient tous te juger et te cracher à la face… C’est sûr, qu’un peu de respect c’était trop demandé… J’aurais pu lui prouver, les Naïens étaient bel et bien présents dans ces bas-fonds et ils se faisaient un malin plaisir de venir jusqu’à nos foyers pour propager leur stupide propagande… Et le pire dans tout ça, c’était que le nombre de fidèles ne cessait d’accroître dans ce quartier.

Conspiration ou pas, chaque jour, ces arnaqueurs essayaient tant bien que mal de faire un lavage de cerveau à la population, et si les personnes comme moi n’existaient pas, l’humanité courrait sans aucun doute sa perte. Ce n’est pas de l’égocentrisme, mais bien un fait.

« - Quel gâchis... Je suppose que certains sont trop limités pour comprendre ce qui est écrit dans ces livres, donc ça ne m'étonne pas qu'ils s'en débarrassent. »


Du gâchis ? Trop limités ? Je devais donc être officiellement la plus abrutie de cette tour, car moi, ses livres, je ne les aurais pas simplement déposés ici, je les aurais brûlés et avec deux ou trois Naïens avec, pour leur faire comprendre ce qu’est la douleur. Je voulais bien l’admette, Chin Hae avait toujours été un garçon spécial… mais là ses propos me dépassaient… Comment pouvait-il me dire ça, à moi, alors qu’il savait pertinemment que je détestais ces idiots. J’étais déçue… et apparemment derrière cette gueule d’ange se cachait un enfoiré…

« - Tu devrais en lire quelques-uns toi-même au lieu de gueuler, et te faire une véritable opinion personnelle sur Naïa. »  Me proposa-t-il en me tendant un ouvrage.

J’avais bien ri, c’était plus fort que moi…Mais clairement, moi lire ça ? En voilà une bonne blague. Et pourtant, j’en avais bouffé de ces livres étant plus jeune, c’est même avec ces bouquins qu’on apprenait à lire à l’école … S’il pensait que mon opinion avait été créée seulement avec du bouche à oreille, c’était très mal me connaître.

Ces livres n’étaient que la jolie couverture d’une monarchie tyrannique. Leurs jolies phrases incompréhensives pour la plupart des habitants de Ground Zéro les rendaient intelligents et pourtant, elles puaient la stupidité.

J’arrachai le livre de ses mains et le jetai dans l’allée.

« Si tu pense qu’un jour je me plierais à leur délire, c’est mal me connaître Chin Hae. » Crachai-je en le fixant d’un regard sombre.

Peu importe qui était Chin Hae, peu importe comment se monde allait finir, moi vivante, je le jurais, jamais je m’agenouillerais face à ces pervers cinglés. Je m’étais promis que je me battrais jusqu’à ma mort pour ne serait-ce que bouger un minimum cette société de timbré.

Les images de mon enfance me faisaient beaucoup trop souffrir, pour finalement rester dans les rangs. Si Naïa existait réellement pourquoi m’avait-elle laissé me faire abuser par mon père, alors que je n’avais cessé de lui demander de me venir en aide… Pourquoi était-elle si égoïste ? Elle aussi elle avait une préférence pour les riches c’est ça ? Quelle connasse…  

Je m’approchai de l’homme jusqu’à me coller complètement à lui, ma respiration s’amplifia et je me laissai tomber dans son regard vide.

« Je ne sais pas qui tu es, ni même pourquoi tu cherches à rester à mes côtés. Mais si crois en cette absurde Déesse, tu ne devrais pas rester à mes côtés. » Expliquai-je.



EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   Mar 26 Déc - 1:50

I JUST THINK THAT I AM A BETTER GHOST THAN I AM A HUMAN BEING.
Elle rigolait...
Je lui proposais d'ouvrir les yeux sur le divin, de se mettre un peu de plomb dans le crâne, mais cette cervelle de moineau préférait rester dans son ignorance... Par la Déesse... Heureusement qu'elle était jolie, parce que je me demandais parfois si le reste suivait vraiment.

Si elle était bel et bien la réincarnation de Sun Hee, il semblait logique qu'elle soit un peu limitée intellectuellement. Oui, j'adorais Sun Hee, mais elle n'avait jamais brillé par son intelligence hors du commun. Elle était une clocharde venant des quartiers les plus pauvres, forcément, elle n'avait pas eu accès à la culture et à l'éducation comme moi. Quand on vous apprenait toute votre vie à mordre votre os plutôt qu'à réfléchir par vous-même, qu'est-ce que vous faisiez quand on vous offrait la possibilité de réfléchir ? Oui, sans surprise, vous mordiez.

Cette petite peste m'arracha l'ouvrage des mains et le balança dans un coin comme s'il n'avait pas la moindre valeur. Se rendait-elle compte qu'elle venait de jeter dans la crasse un livre particulièrement important pour notre histoire, relatant les aventures de notre Mère et citant les dernières phrases sacrées de Naïa pour notre peuple ?

« - Si tu penses qu’un jour je me plierais à leur délire, c’est mal me connaître Chin Hae. » Cracha-t-elle en plantant son regard sombre dans le mien.

Comme je le disais, elle mordait. Elle était pire qu'un chien, et si son apparence laissait supposer qu'elle devait être un petit être fragile, il n'en était rien. Caniche en apparence, doberman à l'intérieur, elle était plus sauvage et plus coriace qu'elle n'en avait l'air. Il ne me faudrait pas beaucoup de temps pour la tuer en enroulant mes mains autour de son cou si je le souhaitais, mais je saluais sa combativité.

Je n'allais pas la tuer pour si peu. Après tout, notre Mère ne m'avait rien demandé. En plus de ça, je ne comprenais jamais vraiment ce que Naïa voulait vis-à-vis de Hei Ran. Elle hurlait tellement fort dans ma tête à son sujet parfois... Tellement que je ne parvenais pas à interpréter ces mots. Tout se mélangeait dans ma tête, et ça me donnait autant envie d'arracher la tête de Hei Ran que de m'arracher la mienne...


Je ne sais pas si notre Mère avait dans l'idée de me faire tuer Hei Ran... mais il valait mieux que ce ne soit pas le cas. Elle m'avait mis à l'épreuve des dizaines de fois déjà, et je lui avais toujours prouvé ma fidélité... mais... la réincarnation de Sun Hee ? Je ne pouvais pas y toucher... je ne voulais pas y toucher. Elle était pour moi, ma chance de rédemption, mon opportunité de faire ce que je n'avais pas pu faire à l'époque. Je... Je l'entendais parfois hurler 'TUER' dans ma tête, mais elle ne m'avait jamais demandé d'en venir là avec Hei Ran. Pourtant, j'entendais et je ressentais sa colère dans ma tête quand j'observais la blondinette.

Hei Ran me tira de ces pensées en venant se coller à moi, plongeant à nouveau son regard dans le mien. Elle... Elle était trop près, elle était trop... envahissante, elle... Je... Elle n'aurait pas du faire ça, et si elle avait eu conscience de qui j'étais, elle n'aurait jamais pris de tels risques. Je sentais son corps contre le mien, et je tentais de rester de marbre.

« - Je ne sais pas qui tu es, ni même pourquoi tu cherches à rester à mes côtés. Mais si tu crois en cette absurde Déesse, tu ne devrais pas rester à mes côtés. » Lâcha-t-elle, ne se rendant même pas compte qu'elle se couvrait de ridicule.

On aurait dit les paroles d'une hérétique.
Cette... 'absurde Déesse'... ? Était-elle sérieusement en train de sous-entendre devant moi que Naïa, notre Mère, n'existait pas ? Qu'elle n'était qu'une pure invention destinée à guider les pauvres âmes perdues ? Alors si c'était le cas, qui parlait dans ma tête, hein ?

… Et si... Non, c'était une question que je refusais de me poser. La possibilité que notre Mère ne soit pas la propriétaire de la voix qui résonnait dans ma tête était inconcevable. Qu'elle me pousse à commettre tous ces crimes me semblait juste, l'idée que quelqu'un d'autre qu'elle soit derrière ces pulsions était beaucoup plus effrayante, et je refusais de considérer cela comme possible. J'avais eu une illumination, j'avais vu la lumière, et Naïa me guidait désormais, faisant de moi son bras armé pour punir les impurs. Tel était mon destin et ma voie, et personne n'ôterait cette pensée de mon esprit. Personne. Et surtout pas une petite pute blonde qui ne connaissait rien de notre monde et qui se croyait plus maligne que tout le monde.

Ma main se resserra instinctivement sur sa gorge avant que je ne plonge un regard noir dans le sien.

« - Tu dois la vie à cette 'absurde Déesse' qui t'a vue naître et qui m'a mis sur ton chemin, alors respecte-la un peu. » Crachai-je presque à l'intérieur de sa bouche tellement nos lèvres étaient proches.

Perturbé par notre proximité, je finis par la repousser plus loin de ma seconde main afin de récupérer mon espace vital. Je... J'aimais m'immiscer dans son existence sans qu'elle me remarque, mais la voir se coller à moi comme ça, très peu pour moi. Ne pouvait-elle pas se contenter de jouer son rôle dans le ballet que nous donnions chaque jour ? Pourquoi fallait-il qu'elle tente de réécrire ce rôle qui lui allait à merveille ? Était-ce si dur d'accepter le destin qu'une force supérieure avait écrit pour nous ?

« - Mais peu importe si tu crois en elle ou pas, je continuerai de veiller sur toi... Que ça te plaise ou non. » Lâchai-je en détournant le regard et en affichant un air blasé.

Pourquoi est-ce que j'aimais cette fille déjà ? Elle... elle avait tellement de défauts, beaucoup plus que de qualités d'ailleurs. Elle était bornée, elle était obtue, elle était bagarreuse, elle... Elle était bourrée de défauts... et je n'arrivais pas à la détester malgré tout, parce qu'elle brillait. Elle brillait de mille feux et semblait fascinante, quand je n'avais jamais été qu'une ombre, aussi intangible qu'inintéressante.

Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là. Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile ; qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile ; qui pour vous donnera son âme s'il le faut, et qui se meurt en bas quand vous brillez en haut.

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae   
Revenir en haut Aller en bas
 
Trash among trash ► ft. Hwang Chin Hae
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ivory tower :: ▬ ivory tower :: ground 0 :: décharge-
Sauter vers: