Partagez | 
 

 Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams

MessageSujet: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Mer 13 Déc - 23:50
Cha Hei Ran

Identité
NOM : Cha PRÉNOM : Hei Ran ÂGE : 18 ans DATE D’ANNIVERSAIRE : 28 Décembre MÉTIER : Je travaille dans l’une des supérettes de l’étage ÉTUDES : Mon père m’a forcé à quitter l’école lorsque j’avais 8 ans pour aider ma mère et ramener de l’argent pour aider à faire vivre le foyerORIENTATION : Hétérosexuelle NIVEAU : Ground 0 GROUPE : Rebelle SIGNES DISTINCTIFS : Multiples cicatrices causées par mon père SITUATION FAMILIALE : Je suis la fille unique d’un homme tyrannique et d’une femme maltraitée.

I. Que représente la tour pour vous ?
Une prison. Quatre murs dans lesquels on vit et on crève sans y laisser de trace. C’est l’endroit où je m’efforce de survivre, rien de plus.
II. Êtes-vous satisfait de l’étage auquel vous habitez ?
Comment être satisfaite, ou même insatisfaite, quand vous ne connaissez rien de cet endroit ? Nous, les dits « pauvres », on nous enferme dans ces étages tous aussi sombres les uns que les autres, où la loi du plus fort règne. Rêver n’est plus qu’un luxe, et le mot d’ordre est la survie.
III. Que pensez-vous des rebelles ? (si vous en faîtes partie, racontez-nous votre première rencontre)
Les rebelles sont en quelque sorte ma seule famille, les seuls a qui je me confie et les seuls avec qui je peux réellement être moi-même, et pourtant, ma rencontre avec ces gens est encore toute récente. En effet, j’avais entendu parler de ces illustres inconnus lors d’une fête de quartier l’année passée. Un homme contait leur désir de changer ce monde tant injuste. Il les décrivait comme des utopistes au grand cœur se battant pour l’égalité des êtres. J’étais fascinée, il y avait donc réellement des gens qui se battaient dans l’ombre pour les castes misérables… ? Dans cette tour, il y avait bel et bien des personnes qui pensaient que l’on méritait, nous, la caste inférieure, au même droit que ces gens de la Haute, et sans attendre, je m’étais empressée de chercher à les rencontrer, en vain. C’est alors qu’une femme est venue me rencontrer sur mon lieu de travail, elle était douce et d’une grande sagesse. Elle m’expliqua qu’elle m’observait depuis un moment et qu’elle souhaitait voir ma bravoure et ma persévérance dans les rangs des rebelles. Aujourd’hui, grâce à eux, j’ai beaucoup appris sur moi-même et sur le monde qui m’entoure. Je retrouve peu à peu un but à mon existence malgré mes rêves brisés depuis maintenant longtemps.
IV. En quoi croyez-vous ?
En l’amour, en l’égalité, en l’humanité. Je crois en ce que je vois, à la science, aux philosophes et aux scientifiques.
V. A votre avis, qu’est-ce qui se cache dans l’underground ?
Des secrets, peut-être même des trésors… Qui sait excepté les hauts dirigeants ?
VI. Si vous en aviez la possibilité, voudriez-vous découvrir le monde extérieur ?
Sûrement, qui sait si, ailleurs, il ne se trouve pas un monde en paix bien meilleur que celui on l’on connaît actuellement ?

Caractère
Persévérante
Généreuse
Chaleureuse

Mature
Curieuse
Patiente

Elle aime sa mère plus que tout, elle serait capable de tout pour elle • Malgré qu’elle ne supporte pas le Ground 0, elle ne souhaite pas en partir. Elle ne supporterait pas d’abandonner sa mère • Son père s’acharne sur elle quand il est en colère, il lui a fait subir de nombreuses choses… • Il lui est souvent arrivé d’essayer de lui tenir tête, mais ça a toujours très mal fini à cause de sa petite corpulence • Malgré qu’elle déteste les riches, elle pense que chaque humain a un bon fond • Elle est très généreuse, et serait capable d’offrir énormément d’elle-même sans forcément attendre quelque chose en retour • Son air angélique et sa tendresse ne l’empêchent pas de cogner quand il le faut • Elle ne croit en aucun cas à la déesse Naïa
Histoire
« Un jour Naïa nous sauvera, elle a toujours sauvé les bons… » disait-elle sans cesse.

Déesse de quoi sérieusement, si cette fameuse déesse existait réellement, ne devrait-elle pas sauver tous ces crève-la-faim dans ces rues ? Nous protéger des brutalités et du malheur ? J’avais eu beau crier son nom, lui demander sa bénédiction, je n’ai jamais eu aucune aide. C’est pourquoi je déteste tant cette inexistante figure maternelle, qui n’est que le fruit d’un fantasme de milliers de fanatiques tous aussi butés les uns que les autres.

Pour faire simple, je suis l’enfant d’un père brutal et d’une tendre mère. Je suis sans doute née dans la pire zone de la tour, la Ground 0. Ici c’est le crime qui l’emporte, on n’y vit jamais très longtemps si l’on est faible. Ici, beaucoup de choses peuvent causer la fin de notre existence, comme un simple rhume bête puisque l’accès au soin y est très limité, c’est pourquoi nous sommes obligés d’aller acheter nos médicaments aussi chers que trois mois de salaire à des revendeurs louches situés dans des ruelles sombres. La Ground 0 c’est la jungle.

L’éducation est d’ailleurs un luxe, à ces étages, peu d’enfants restent à l’école. Lors de mes 8 ans, ma mère est tombée gravement malade, impossible pour elle de se lever du lit, j’ai donc été forcée de quitter l’école pour endosser le rôle de ma mère à la maison. A ce moment-là, pouvoir aider ma mère était quelque chose de très important pour moi, ce fut donc avec plaisir que je me suis mise à m’occuper de ce que l’on pouvait appeler notre logement. Mais je n’avais pas réfléchi aux points négatifs…

En effet, rester 24h sur 24 à la maison voulait dire que je devais aussi me coltiner mon père alcoolique. Vous savez, vie de merde + alcool, ça ne fait pas bon ménage, et vous n’avez pas tort… Très vite, je compris pourquoi ma mère avait fini dans cet état, et très vite je reçus le même sort…

Les coups et les viols à répétition par mon paternel devinrent rapidement mon quotidien. Malgré mon jeune âge, je compris rapidement la dure réalité de la vie et qu’il fallait que je m’accroche au peu d’espoir que j’avais, si je voulais un jour pouvoir rêver comme tous les enfants de ce monde.

Nous aussi, enfants de ce bas monde, avions le droit de croire en nos rêves.

Durant une grande partie de mon adolescence, lors de mes temps libres, je m’enfuyais dans une ruelle proche de chez moi pour pouvoir dévorer des centaines de livres que je trouvais dans la décharge. Je lisais de tout, des ouvrages philosophiques à des utopies, en passant par des histoires qui contaient des amours impossibles entre de riches aristocrates et des filles des basses villes. J’ai beaucoup appris de par mes lectures. Grâce à ça, je m’étais créé un monde d’illusions qui m’aidait à m’échapper de cette cruelle vie. J’arrivais à mettre des mots. A force de lire, mes idées et mes pensées s’enrichissaient, et je souhaitais de tout cœur que tous ces enfants malheureux puissent un jour avoir la chance de rêver à leur tour.

Je n’ai jamais eu beaucoup d’amis, à vrai dire, ce n’était pas simple d’en avoir. Il était difficile pour les enfants de Ground 0 de se rencontrer. Peu allaient à l’école et nous les croisions pas non plus dans les rues, ils n’y jouaient pas très longtemps, il y avait bien trop d’enlèvements ou d’autres atrocités qui les tenaient éloignés de la rue.

Plus tard, alors que ma mère allait enfin mieux, elle avait retrouvé sa place de femme au foyer et c’était donc mon père qui était incapable d’aller travailler, bien trop alcoolisé, personne ne voulait le prendre à l’usine. C’était enfin la bonne occasion pour moi de m’enfuir un peu plus de ce taudis, j’étais la seule personne apte à aller travailler pour ramener de l’argent au foyer.

J’avais 16 ans lorsque j’ai commencé à travailler dans l’une des superettes du quartier, le propriétaire était d’une étrange gentillesse avec ma personne. Il avait toujours son fusil à pompe sur lui pour faire fuir les malfrats qui auraient eu l’idée de nous braquer. Je prenais vraiment plaisir à venir travailler dans cette minuscule boutique. La plupart des clients étaient des habitués, ils me racontaient leur quotidien, ce n’était pas des vies fascinantes, mais elles valaient tout de même d’être racontées. Ces gens-là étaient comme moi, ils avaient besoin d’être entendus, de ne plus se sentir seuls.

Je participai de plus en plus à la vie de quartier, ce nouveau travail m’avait donné l’envie d’aller à la rencontre des gens moi-même, de m’ouvrir à mon tour et de connaître les gens qui n’étaient en fin de compte pas si différents de moi. Je voulais dorénavant rendre les gens autour de moi heureux malgré leur niveau de vie. Si je n’avais pas la chance de vivre le bonheur, je voulais au moins que tous ces gens aient le droit de le vivre.

Lors d’une fête de fin d’année, un homme attirait toute la foule. Il contait les mérites d’inconnus se battant pour l’égalité des êtres, ils se faisaient nommer les rebelles. Utopistes et combattants de l’ombre, ils rêvaient de détruire la hiérarchie injuste mise en place dans cette tour. Sans même les connaître, ils me fascinaient. Rêveuse, je me voyais déjà agir à leur côté.

Il y avait des gens dans cette tour qui luttaient pour ce à quoi je rêvais depuis si longtemps, l’égalité de l’humanité. Je ne pouvais pas passer outre, et j’avais cette immense envie de les rencontrer. Pendant plusieurs mois j’ai cherché à les contacter en vain… C’était impossible à partir du Ground 0 d’avoir une source d’information fiable et tout le monde se prenait un peu pour n’importe qui. Un jour, alors que j’effectuais mes heures à la superette, une femme s’est présentée à moi comme étant l’une d’entre eux. L’inconnue m’expliqua que ça faisait un moment qu’elle m’observait et qu’elle voulait ma bravoure et ma conviction dans les rangs des rebelles. Pendant de long mois, on a testé mes capacités et je suis devenue l’une d’entre eux, une combattante.

Un matin, alors que j’étais sur le point de partir, mon père a commencé à s’énerver sur moi, parce qu’apparemment j’avais osé le réveiller en faisant du vacarme. En un laps de temps très court, je me suis retrouvée projetée contre la porte d’entrée à cause d’une baffe. Sans même réfléchir, j’ai ouvert la porte et je me suis enfuie. Il était tellement furieux qu’il m’a poursuivie jusqu’à dans la rue. Je lui demandais de m’épargner tout en m’excusant des milliers de fois. Quelques mètres plus tard, je me suis retrouvée face un jeune homme, sans hésitation, je me suis agrippée à lui en le suppliant de m’aider à fuir mon père. Sans broncher, l’inconnu m’a mise à l’abris le temps que la situation se calme.

Malgré que j’ai dû laisser cet homme à ce moment-là pour aller travailler, je ne le remercierais jamais assez pour ce qu’il avait fait pour moi. Aujourd’hui, depuis cette rencontre, et pour une étrange raison, il revient souvent me voir. Je sais très peu de choses de lui : son nom, Hwang Chin Hae ; où il vit, aux Golden Clouds. Allez savoir pourquoi un homme du gratin se trimballait dans le Ground  0, je n’ai pas cherché plus loin. Il n’était pas méchant, du moins pour le moment…

Mon quotidien a bien changé, et je retrouve peu à peu l’espoir qu’un nouveau monde naisse grâce aux rebelles. Je remplis toujours avec fierté et conviction les missions qu’ils me donnent. Alors que je continue également de protéger ma mère contre les coups de mon père, en espérant qu’un jour nous vivrons le bonheur.


Don't just take, give.
Don't just dream, do.
ft; Jung Jinsoul (LOONA)


Coucou la compagnie !   Moi c'est koko, et je suis bien heureuse de vous rejoindre, et s'il vous plait, soyez indulgents, c'est mon premier RPG SF.   J'ai bien hâte de rp avec vous tous ! kiss kiss sur vos belles fesses    

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Mer 13 Déc - 23:52
Bieeenvenuuuue
(il était temps)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Jeu 14 Déc - 10:16
Wooow, en fait vous êtes trop rapides tous les deux !
Bienvenue parmi nous beauté, je m'occupe de toi cette après-midi ♥️ Ce début de lecture est prometteur, mais le travail m'appelle Je viendrais te quémander un lien

Pense à remplir un peu plus ton profil
Amour sur ta face, à très vite ;)


Ici se trouvera prochainement un petit texte constructif en anglais ou en français qui prendre tout juste la taille nécéssaire pour ne pas déformer mon code.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Jeu 14 Déc - 17:49
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Jeu 14 Déc - 20:40
Chin Hae : Tu m'as trop pressé toi aussi, j'aurais pu être encore plus lente

Jae Hwa : Ohhh merci beauté J'ai rempli mon profil, j'espère que j'ai bien fait. haha. Et pour le lien, ce sera avec plaisir, bien évidemment.

Kotaro : Merci à toi
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Jeu 14 Déc - 21:13
TU ES VALIDÉ !



Bienvenue chez les fous mon petit


Comme j'ai hâte de voir votre duo évoluer ! Sérieusement, pour des premiers pas dans de la SF, je trouves que tu as très bien saisie le forum et son contexte   J'espère qu'Hei Ran se fera sa place dans les rangs des rebelles :) btw, c'est parfait pour le profil !

Ce qui se trouve à la gauche de ce petit texte c'est TA puce, la tienne, elle est unique et tu devras la mettre dans ton ID PASS  !



congrats, you did it

On est super ravies de valider ton chef d'oeuvre et on en peut plus d'attendre que tu sois opérationnel-le. Ton périple administratif touche bientôt à sa fin et franchement, je sais qu'il était temps. Deux trois formulaires à remplir et tu seras officiellement et définitivement des notres. Elle est pas belle la vie ? Yes. Alors ready steady ET GO. Le plus important, c'est de t'occuper de ton ID pass (que tu chéris déjà plus que ta propre vie, remember ?   ). Une fois que tu seras prêt-e à gagner tout l'argent du monde tu pourras aller faire des demandes un peu partout : logement, emploi, études, rps ... Des formulaires c'est pas ça qui nous manque. Et même que si tu as le courage, tu peux aussi te lancer dans une fiche de lien. Toute la panoplie sera alors remplie et BOOYAH on pourra enfin s'éclater en rp avec toi  
ET ENCORE BIENVENUE PARMI NOUS PETIT BISCUIT TOUT DOUX.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Jeu 14 Déc - 22:10
L'oracle en personne vient me valider, quel honneur.

Merci beaucoup en tout cas, j'ai hâte de jouer avec vous tous !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Dim 17 Déc - 15:47
damn j'ai pas le temps de dire ouf que la fiche elle est finie, validée, approuvée, rangée
bienvenue par ici beautey
votre duo il déchire sa maman, je reste à l'affut, vous pouvez être sûrs !

au plaisir de te voir rp du coup et prendre tes marques comme il se doit c:


all you have to do, is believe
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   Mer 20 Déc - 0:33
owww. Merci pour l'accueil gros bg
Je n'aime pas trop traîner pour les présentations, j'ai trop hâte de RP pour ça haha.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams   
Revenir en haut Aller en bas
 
Cha Hei Ran ► You may tire of reality but you never tire of dreams
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ivory tower :: ▬ one of us :: présentations :: validées-
Sauter vers: